Rapport sur le coût de la mise en conformité des PME à la réglementation — Septembre 2013

Sommaire :

Le présent rapport renferme des données sur le coût de conformité à réglementation fédérale, provinciale et municipale pour les petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes. Les données ont été recueillies auprès de 10 477 répondants dans le cadre de l'Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation (ECMCR) effectuée en 2011 par Statistique Canada et Industrie Canada.

Résultats de l'Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation effectuée en 2011 par Statistique Canada

Le présent document a été rédigé par Daniel Seens, économiste qui travaille au sein du groupe de recherche de la Direction générale de la petite entreprise d’Industrie Canada.

Table des matières


Sommaire

Le présent rapport renferme des données sur le coût de conformité à réglementation fédérale, provinciale et municipale pour les petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes. Les données ont été recueillies auprès de 10 477 répondants dans le cadre de l'Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation (ECMCR) effectuée en 2011 par Statistique Canada et Industrie Canada. Cette enquête avait également été réalisée en 2005 et en 2008.

Selon les données, le coût réel de conformité à la réglementation pour les PME canadiennes (après correction pour tenir compte de l'inflation et de l'augmentation de la taille du secteur des entreprises) s'élevait à 4,76 milliards de dollars en 2011, soit environ 3 500 $ par entreprise ou 370 $ par employé. Ce montant représente 0,29 % des revenus du secteur des entreprises. En pourcentage des ressources économiques, le coût de conformité à la réglementation a baissé, passant de 0,81 % du produit intérieur brut (PIB) des PME en 2005 à 0,75 % en 2011. Le coût réel de conformité a diminué de 0,3 % par an depuis 2005.

Les résultats révèlent également que même si 6 % des PME considèrent que la conformité à la réglementation entrave sérieusement leur réussite, la majorité des PME (72 %) jugent qu'elle ne constitue même pas un obstacle moyen.

Les données incluaient de l'information sur la quantité de formalités administratives imposées aux PME canadiennes et le temps qu'elles y consacrent. L'analyse révèle que les PME canadiennes présentent en moyenne deux formulaires gouvernementaux par mois aux organismes de réglementation et consacrent environ trois heures par mois, soit moins d'une heure par semaine, à les remplir.

Les entreprises considèrent que la paperasserie attribuable aux règlements fédéraux est celle qui requiert le plus de temps, les exigences fiscales demeurant le plus grand défi. Depuis 2005, toutefois, des efforts importants ont été déployés en vue de réduire les coûts de conformité à la réglementation fédérale (p. ex., simplification des formulaires, possibilité de faire un dépôt électronique). Les PME qui continuent de mener à l'interne leurs activités de conformité à la réglementation adoptent de plus en plus des méthodes de traitement électronique. Parallèlement, on a observé un taux élevé d'externalisation de ces activités entre 2008 et 2011.

Les petites entreprises continuent de supporter une part disproportionnée du fardeau national de la paperasserie. Toutefois, selon les données de l'Enquête, les plus petites entreprises (c'est-à-dire les entreprises sans salarié) n'assument pas le fardeau le plus lourd. Cette constatation corrobore l'hypothèse selon laquelle le fardeau imposé par les formalités administratives commence par augmenter à mesure qu'une entreprise grandit et embauche des employés, puis se met à diminuer une fois que certaines économies d'échelle sont réalisées.

Environ 65 % des sociétés ont indiqué que le coût de conformité à la réglementation était acceptable en 2011, et seulement 8,5 % des sociétés ont signalé que ce coût était de loin supérieur au niveau acceptable. Ceci dit, les entreprises canadiennes souhaitent malgré tout que des mesures soient prises pour réduire le coût de conformité à la réglementation, la majorité d'entre elles précisant que le gouvernement fédéral devrait y accorder une priorité moyenne ou élevée.


haut de la page

1. Introduction

Dans une économie développée, les systèmes de réglementation servent à protéger les droits de propriété, à assurer l'application des ententes contractuelles, à protéger l'environnement ainsi que la santé et la sécurité des citoyens, et à garantir un système fiscal qui fonctionne bien. Cependant, depuis une dizaine d'années, les responsables gouvernementaux et les propriétaires d'entreprise au Canada s'inquiètent de plus en plus du coût de conformité à la réglementation.

L'incidence sur les petites et moyennes entreprises (PME) est particulièrement préoccupante, étant donné le rôle de premier plan que ces entreprises jouent dans l'économie canadienne. Les PME représentent en effet 99,9 % des 2,4 millions d'entreprises en activitéNote de bas de page 1, 99,8 % des employeurs du pays et 97 % des exportateurs du Canada. Elles emploient en outre 90 % de la main-d'oeuvre du secteur privé canadien. Il est donc essentiel que le gouvernement du Canada crée un environnement qui appuie la croissance des PME.

Ce sont ces préoccupations qui ont poussé le gouvernement à élaborer l'Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation (ECMCR), enquête à participation volontaire visant à mesurer et à surveiller les changements pour ce qui est du temps consacré par les PME aux formalités administratives liées à la réglementation et des coûts connexes.

Tous les trois ans, Statistique Canada distribue les questionnaires de l'enquête à plus de 30 000 PME et fournisseurs de services professionnels dans l'ensemble du pays. Il s'agit de la troisième itération de l'enquête (2005, 2008 et 2011). La Commission sur la réduction de la paperasse, le Comité consultatif sur l'allégement du fardeau de la paperasserie (CCAFP), le Comité consultatif sur la petite entreprise et l'entrepreneurship ainsi que le Groupe d'action sur les questions relatives aux petites entreprises de l'Agence du revenu du Canada ont tous utilisé les données de l'enquête dans le cadre de leurs travaux.

La partie 2 du présent rapport présente un résumé de la méthode d'enquête, la partie 3 explique les résultats de l'enquête et la partie 4 donne la conclusion des travaux.


haut de la page

2. Méthode d'enquête

L'Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation a pour but de recueillir des données détaillées et solides sur le coût de conformité à la réglementation, c'est-à-dire les lourdeurs administratives, l'accent étant mis sur les PME. Lors de la conception du questionnaire, on a pris soin de ne pas imposer aux entreprises un fardeau excessif tout en assurant une collecte de données de bonne qualité. Les données issues de la troisième itération de l'enquête concernent l'année civile 2011.

Conformité à la réglementation

Pour quantifier et surveiller les changements dans le coût de « conformité à la réglementation », il est nécessaire de définir cette expression. Conformément à la définition adoptée par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la conformité à la réglementation a été définie aux fins de l'enquête comme étant les « formalités et les tâches administratives que les entreprises remplissent ou font remplir par un tiers en leur nom afin de respecter la réglementation […]. [Ils] comprennent toutes les heures et les ressources consacrées par les propriétaires, les cadres, le personnel, ou des experts engagés pour comprendre les règlements, recueillir, traiter et conserver des données, dresser des plans, produire des rapports et remplir les formulaires exigés par les administrations. [Ils comprennent également les heures consacrées au suivi et à la formation du personnel pour s'occuper des activités de conformité.] [Ils] comprennent aussi l'administration des impôts, mais non les montants versés à titre d'impôts. »Note de bas de page 2

Secteurs de réglementation

L'enquête mesure les coûts liés au respect de la réglementation dans trois domaines : réglementation fiscale, réglementation en matière d'emploi et autre réglementation (voir l'annexe A).

  • Les règlements fiscaux incluent la production des déclarations d'impôt sur le revenu des entreprises, les taxes de vente fédérale et provinciale ainsi que les acomptes provisionnels des entreprises.
  • Les règlements liés à l'emploi incluent les demandes d'indemnisation des accidents du travail et les remises au titre de cette indemnisation, les relevés d'emploi, les retenues à la source et les feuillets T4 Sommaire et T4 individuels.
  • D'autres règlements incluent les enquêtes obligatoires de Statistique Canada, les licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux, l'enregistrement de la société et tous les autres règlements fédéraux, provinciaux et municipaux.

De l'information détaillée sur 11 règlements clés a été recueillie selon la taille de l'entreprise, la région et le secteur d'activité. Ces 11 règlements sont considérés comme les plus contraignants selon le plus grand nombre d'entreprises à l'échelle du paysNote de bas de page 3. Outre ces 11 règlements, des données regroupées portant sur tous les autres règlements fédéraux, provinciaux et municipaux qui influent sur les PME ont également été recueillies (y compris les règlements sur l'environnement, la santé et la sécurité). Ces données regroupées n'avaient pas été incluses dans les itérations précédentes de l'enquête, mais ont été ajoutées pour brosser un tableau plus complet du coût total de conformité à la réglementation.

Questionnaires d'enquête

Deux questionnaires d'enquête ont été distribués — un questionnaire principal et un questionnaire à l'intention des fournisseurs de services. Même si, au départ, il devait s'agir d'une enquête postale, des questionnaires électroniques ont été utilisés dans la version de 2011 pour faciliter le processus.

Le questionnaire principal, qui a été envoyé aux PME, a permis de recueillir de l'information détaillée sur le temps consacré aux formalités administratives liées à la réglementation et sur le salaire des employés de l'entreprise qui s'en occupaient. Par ailleurs, il recueillait des données sur le coût total de l'aide obtenue auprès de fournisseurs de services externes en vue de se conformer aux exigences réglementaires. En plus des questions sur le temps et les coûts, des questions sur le profil démographique de l'entreprise ont également été posées. Il est donc possible de présenter les coûts liés à la conformité sous forme de tableaux, en fonction de la taille de l'entreprise, de la région et du secteur d'activité. Une série de questions qualitatives ont également été posées pour mieux comprendre l'opinion des propriétaires d'entreprise à l'égard de la conformité à la réglementation.

Le questionnaire à l'intention des fournisseurs de services recueillait de l'information sur le temps consacré par ces derniers pour s'acquitter des formalités administratives pour le compte des entreprises clientes. Les données ont été recueillies auprès de trois types de fournisseurs de services (cabinets comptables, spécialistes de la préparation des déclarations de revenus et fournisseurs de services de tenue de livres et de paye). Cette information est nécessaire pour ventiler les coûts totaux (en dollars) des services externalisés mentionnés dans le questionnaire principal.

Sélection de l'échantillon

L'enquête principale et l'enquête auprès des fournisseurs de services sont des enquêtes transversales menées par échantillonnage. Le Registre des entreprises de Statistique Canada a été utilisé comme base d'échantillonnage pour la population cible. La base d'échantillonnage pour l'enquête principale de 2011 comprenait 703 579 établissements. Au départ, l'échantillon a été ventilé selon la région, l'industrie et la taille de l'entreprise. Le nombre d'employés de l'établissement a été utilisé pour déterminer la taille de l'entreprise. Un échantillon aléatoire simple de 30 001 PME a été sélectionnéNote de bas de page 4. Pour l'enquête auprès des fournisseurs de services, la base d'échantillonnage comprenait 33 629 établissements évoluant dans les secteurs de la comptabilité, de la préparation des déclarations de revenus, de la tenue de livres et des services de paye et ayant des revenus supérieurs à 30 000 $. L'échantillon a été ventilé selon la région, l'industrie et les revenus. Un échantillon aléatoire simple de 5 000 fournisseurs de services a été sélectionné.

Un contact a été établi avec tous les établissements de la base d'échantillonnage afin d'obtenir une adresse de courriel et de confirmer que l'enquête s'adressait bien à eux. Par la suite, tous les établissements ayant une adresse de courriel confirmée et qui entraient dans le champ de l'enquête ont reçu par courriel une invitation à participer à l'enquête, et les liens menant aux questionnaires électroniques leur ont été communiqués. Au moins deux suivis par téléphone et quatre suivis par courriel ont été effectués auprès des participants pour les encourager à répondre aux questionnaires.

Région et secteur d'activité

La population de l'enquête a été ventilée par région pour s'assurer que les résultats étaient représentatifs des entreprises des provinces de l'Atlantique, du Québec, de l'Ontario, des provinces des Prairies et de la Colombie-Britannique. Les répondants ont été regroupés en cinq des 20 secteurs d'activité possibles selon les normes du Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN) : fabrication; commerce de détail; services professionnels, scientifiques et techniques; hébergement et services de restauration; et autres services. Au départ, ces secteurs avaient été sélectionnés par le CCAFP en raison du nombre élevé de PME qu'ils comptaient.

Répondants

Au total, 8 857 PME et 1 620 fournisseurs de services ont répondu aux questionnaires en 2011, ce qui a donné lieu à des taux de réponse de 35 % et 38 % respectivementNote de bas de page 5. Ces taux sont semblables à ceux des enquêtes précédentes. Les répondants représentent la structure globale de l'économie canadienne dans les catégories sélectionnées. Les figures 1 à 3 comparent la répartition des réponses à l'enquête avec celle des PME dans l'économie canadienne selon la région, le secteur d'activité et la taille de l'entreprise.

La figure 1 montre que 38 % des répondants se trouvaient en Ontario, 22 % au Québec et 16 % en Colombie-Britannique. Les 24 % restants se trouvaient dans les provinces des Prairies et de l'Atlantique. Cette répartition régionale des répondants correspond à la répartition régionale des PME dans l'économie.

Figure 1 : Répartition régionale des répondants par rapport à la répartition régionale des PME dans l'économie canadienne

Figure 1 : Répartition régionale des répondants par rapport à la répartition régionale des PME dans l'économie canadienne
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011; Statistique Canada, Registre des entreprises, 2011.
Description de la figure 1
Figure 1 : Répartition régionale des répondants par rapport à la répartition régionale des PME dans l'économie canadienne
Région Répondants à l'enquête Économie canadienne
Colombie-Britannique 15,7 % 14,8 %
Prairies 18,8 % 19,0 %
Ontario 38,2 % 39,2 %
Québec 22,2 % 21,6 %
Provinces de l'Atlantique 5,1 % 5,5 %

La figure 2 compare les secteurs dans lesquels les répondants exercent leurs activités avec la répartition sectorielle des PME dans l'économie.

Figure 2 : Répartition sectorielle des répondants par rapport à la répartition sectorielle des PME dans l'économie

Figure 2 : Répartition sectorielle des répondants par rapport à la répartition sectorielle des PME dans l'économie
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011; Statistique Canada, Registre des entreprises, 2011.
Description de la figure 2
Figure 2 : Répartition sectorielle des répondants par rapport à la répartition sectorielle des PME dans l'économie
Secteur d'activité Répondants à l'enquête Économie canadienne
Fabrication 10,7 % 8,7 %
Commerce de détail 19,5 % 23,6 %
Services professionnels, scientifiques et techniques 45,7 % 35,1 %
Hébergement et services de restauration 7,9 % 10,9 %
Autres services 16,2 % 21,7 %

Ces données montrent que les services professionnels, scientifiques et techniques sont surreprésentés, mais ce n'est pas surprenant compte tenu de l'importance de la question dans ce secteur. Dans l'estimation du coût, Statistique Canada a utilisé une méthode de pondération pour aider à corriger cette surreprésentation.

La figure 3 compare les répondants à l'enquête en fonction de la taille de l'entreprise, établie selon le nombre d'employés, avec la répartition des PME selon la taille de l'entreprise au sein de l'économie. Les entreprises sans salarié étaient sous-représentées, comptant pour environ 27 % des répondants, alors que leur proportion dans l'économie dans son ensemble s'établit à 43 %. Environ 39 % des répondants comptaient entre 1 et 4 employés, 24 % entre 5 et 19 employés, et 9 % entre 20 et 99 employés, chacune de ces catégories étant légèrement surreprésentée dans les données. Dans l'estimation du coût, Statistique Canada a de nouveau appliqué une méthode de pondération afin d'aider à corriger cette surreprésentation. Seulement 1 % des répondants étaient des entreprises de taille moyenne comptant entre 100 et 499 employés.

Figure 3 : Répartition des répondants selon la taille de l'entreprise par rapport à la répartition des PME selon la taille de l'entreprise dans l'économie canadienne

Figure 3 : Répartition des répondants selon la taille de l'entreprise par rapport à la répartition des PME selon la taille de l'entreprise dans l'économie canadienne
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011; Statistique Canada, Registre des entreprises, 2011.
Description de la figure 3
Figure 3 : Répartition des répondants selon la taille de l'entreprise par rapport à la répartition des PME selon la taille de l'entreprise dans l'économie canadienne
Nombre d'employés Répondants à l'enquête Économie canadienne
0 27,3 % 42,5 %
1-4 39,1 % 30,1 %
5-19 23,6 % 20,1 %
20-99 8,9 % 6,4 %
100-499 1,1 % 1,0 %

Vérification des données

Étant donné le nombre élevé de répondants et leur représentativité, l'ECMCR est l'une des enquêtes les plus détaillées sur le coût de conformité à la réglementation au pays. Statistique Canada a examiné les données pour s'assurer qu'elles étaient valides, représentatives et acceptables aux fins de publication. Au micro-niveau, cette validation a nécessité une révision des données fournies par les répondants, pendant et après la collecte, pour vérifier la cohérence interne et relever les erreurs de déclaration et les valeurs aberrantes. Au macro-niveau, l'examen a nécessité une analyse comparative des estimations de l'enquête de 2011 avec celles des années précédentes, ce qui a permis de relever les erreurs importantes et les valeurs aberrantes et de les résoudre.

Mesures de l'analyse

Les mesures statistiques découlant de l'enquête sont énumérées ci-après.

Quantité de formalités administratives liées à la réglementation

  • Nombre total de documents présentés
  • Nombre moyen de documents présentés par entreprise

Coûts en temps

  • Temps total
  • Temps moyen par entreprise

Fardeau de la conformité

  • Coût par employé
  • Coût en pourcentage des revenus

Coûts monétaires

  • Coûts totaux internes et externes liés à la conformité
  • Coûts internes et externes moyens par entreprise
  • Coûts en capital

Opinion des propriétaires d'entreprise

  • Obstacle à la réussite
  • Source gouvernementale du fardeau
  • Degré d'acceptabilité

Mesure du coût

Le coût total du système de réglementation inclut le coût assumé par les organismes de réglementation pour s'occuper des règlements, ainsi que le coût assumé par les particuliers et les entreprises pour se conformer à la réglementation. Le présent rapport met l'accent sur le coût pour les entreprises. Le coût d'administration des règlements (p. ex., coûts pour l'organisme, frais généraux et salaires versés au personnel du programme) et le coût pour les particuliers n'ont pas été mesurés.

La présente analyse ne tente pas de mesurer les avantages de la réglementation.

De façon générale, les coûts de conformité entrent dans l'une des cinq catégories suivantesNote de bas de page 6 :

Coûts internes :
Ils incluent les salaires payés aux propriétaires, aux gestionnaires et aux employés pour le temps consacré à extraire et examiner l'information, à remplir des formulaires, à présenter des documents, à effectuer le suivi, à former le personnel pour qu'il effectue les activités liées à la conformité, et à rencontrer les fournisseurs de services professionnels et communiquer avec eux.
Coûts externes :
Ils incluent les honoraires versés aux fournisseurs de services professionnels pour qu'ils assurent la conformité à la réglementation. Il faut agir avec prudence quand on mesure les coûts du fournisseur de services lorsque celui-ci assume d'autres fonctions que celles se rapportant à la conformité aux règlements (p. ex., surveillance des comptes financiers et préparation des états financiers annuels). Aux fins de la présente analyse, seule la partie des coûts du fournisseur de service encourus aux seules fins de conformité à la réglementation a été mesurée.
Coûts en capital :
Ils incluent le coût du matériel et des logiciels utilisés pour assurer la conformité à la réglementation. Comme pour les coûts externes, ces coûts doivent être calculés avec soin puisqu'ils sont moins visibles et moins distincts que les autres dépenses en capital. Par exemple, bien qu'un ordinateur puisse être utilisé principalement pour préparer des demandes et remplir des formulaires pour des organismes de réglementation, s'il est également utilisé pour la facturation et les activités quotidiennes de tenue de livres, le coût complet de l'ordinateur ne devrait pas être traité comme un coût lié au respect de la réglementation. Si le coût complet est inclus, les mesures du coût de conformité seront surévaluées. Pour éviter cette situation, seul le coût des biens d'équipement achetés aux seules fins de la conformité à la réglementation devrait être pris en compte.
Autres coûts de renonciation :
Ils incluent le coût des possibilités auxquelles l'entreprise a renoncé, comme le coût des ventes perdues ou une réduction de la productivité. Ces coûts ne sont pas associés à un versement réel d'argent et ils sont extrêmement difficiles à quantifier. L'évaluation de ces coûts peut comporter une multitude d'erreurs et dépend des attitudes des propriétaires d'entreprise. Ceux qui se montrent fort négatifs à l'égard de la conformité à la réglementation, par exemple, peuvent exagérer la mesure dans laquelle elle leur aura fait perdre des ventes.
Coûts psychologiques :
Ils incluent le stress mental et l'anxiété associés aux activités de conformité à mener. Tout comme les coûts de renonciation, ces coûts sont très difficiles à mesurer et ont été exclus de la présente analyse.

Le coût de conformité à la réglementation a été calculé en cinq étapes. Premièrement, on a demandé aux répondants à l'enquête de faire état du nombre total de demandes et de formulaires préparés et transmis aux gouvernements pour se conformer à la réglementation. Cette information est présentée à la section 3.2, Quantité de formalités administratives liées à la réglementation. Deuxièmement, les répondants ont fait état du temps moyen consacré à remplir et traiter les demandes et formulaires. En outre, les données sur les taux horaires de salaire payés aux personnes chargées d'effectuer le travail ont été recueillies et utilisées pour produire des estimations des coûts internes. Troisièmement, on a demandé aux répondants de faire état du montant total des honoraires versés à des fournisseurs de services externes pour se conformer à la réglementation. Quatrièmement, on a calculé de manière estimative le coût total, le coût moyen et le coût moyen par employé en additionnant les coûts internes, externes et en capital pour les différentes tailles d'entreprise, les régions et les différents secteurs d'intérêt. Enfin, on a corrigé les estimations en fonction de l'inflation en utilisant l'indice des prix à la consommation (IPC) et on les a exprimées en dollars de 2011 pour examiner les coûts réels de conformité. Les estimations ont également été corrigées pour couvrir l'ensemble de l'économie à des fins d'analyse. Cette information est présentée à la section 3.5, Coût de conformité à la réglementation. (Consulter l'annexe B pour obtenir de l'information plus détaillée sur les concepts d'estimation et les formules utilisées.)

Lorsqu'on interprète les résultats de l'enquête, il est important de noter que l'on n'a pas essayé de mesurer quelle proportion des coûts de conformité à la réglementation est en fait assumée par l'entreprise et quelle proportion est transférée aux clients. Il est possible que les entreprises transfèrent l'ensemble du coût aux consommateurs sous la forme de prix plus élevés et que le coût final pour les entreprises soit donc inférieur au montant estimé par suite de l'enquête. Le taux de transfert et l'élasticité de l'offre et de la demande dans chaque industrie détermineront qui assume en fin de compte le coûtNote de bas de page 7. Les estimations produites par la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante donnent à penser que 50 % des entreprises peuvent transférer au moins une partie du coût aux clients sous la forme de prix plus élevésNote de bas de page 8.


haut de la page

3. Résultats de l'enquête

3.1 Incidence de la conformité à la réglementation sur la réussite des entreprises

Une nouvelle approche a été adoptée dans le cadre de cette troisième itération de l'Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation (ECMCR) : on a demandé aux répondants de penser à l'incidence de la réglementation gouvernementale sur leur entreprise et d'indiquer si la conformité à la réglementation constitue un « obstacle à la réussite ». Les réponses possibles étaient les suivantes : pas un obstacle, petit obstacle, obstacle moyen ou obstacle important. Les résultats ont fourni un indicateur clé de l'incidence cumulative de la conformité à la réglementation sur les PME selon la connaissance et les opinions des propriétaires d'entreprise et de la haute direction (figure 4).

Figure 4 : Mesure dans laquelle les entreprises considèrent la conformité à la réglementation comme un obstacle à la réussite de l'entreprise

Figure 4 : Mesure dans laquelle les entreprises considèrent la conformité à la réglementation comme un obstacle à la réussite de l'entreprise
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011.
Description de la figure 4
Figure 4 : Mesure dans laquelle les entreprises considèrent la conformité à la réglementation comme un obstacle à la réussite de l'entreprise
Pas un obstacle 40 %
Petit obstacle 32 %
Obstacle moyen 22 %
Obstacle important 6 %

Au total, 40 % des PME ont signalé que la conformité à la réglementation ne constituait pas un obstacle à la réussite; pour 32 %, elle représentait seulement un petit obstacle. Ensemble, près des trois quarts des entreprises canadiennes considéraient que la conformité à la réglementation ne constituait même pas un obstacle moyen. Seulement 6 % des PME ont signalé qu'elle représentait un obstacle important à la réussite. Les 22 % restants la considéraient comme un obstacle moyen.

Seulement 4 % environ des entreprises de la Colombie-Britannique et 5 % de celles de l'Ontario et des provinces des Prairies ont signalé que la conformité à la réglementation constituait un obstacle important à la réussite (tableau 1). Les entreprises du Québec avaient une opinion plus négative, puisque près de 9 % ont indiqué qu'elle constituait un obstacle important. Ce résultat est conforme aux attentes puisque, pour de nombreux règlements, le système au Québec est plus complexe étant donné que les entreprises présentent des déclarations de revenus à deux ordres de gouvernement (c'est-à-dire production distincte de déclaration de revenus pour le gouvernement fédéral et pour le gouvernement provincial).

Tableau 1 : Pourcentage d'entreprises qui considèrent que la conformité à la réglementation constitue un obstacle à leur réussite, selon la taille de l'entreprise

Pas un obstacle Petit obstacle Obstacle moyen Obstacle important
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011.
Taille de l'entreprise (nombre d'employés)
0 50,2 30,0 15,9 3,9
1-4 38,5 34,0 22,1 5,5
5-19 33,4 32,3 27,2 7,1
20-99 34,5 29,8 27,9 7,7
100-499 39,5 30,9 20,4 9,2
Région
Provinces de l'Atlantique 39,4 32,6 21,6 6,3
Québec 35,2 31,1 24,8 8,9
Ontario 43,9 29,5 21,8 4,7
Provinces des Prairies 39,9 34,4 20,9 4,8
Colombie-Britannique 38,3 36,7 20,7 4,3
Secteur
Fabrication 31,9 31,5 28,8 7,8
Commerce de détail 36,0 30,7 24,9 8,4
Services professionnels, scientifiques et techniques 45,5 33,5 17,3 3,7
Hébergement et services de restauration 32,3 32,3 29,3 6,1
Autres services 39,2 30,1 24,4 6,2
Canada 40,1 32,1 22,1 5,7

Les entreprises comptant un grand nombre d'employés étaient plus susceptibles de considérer la conformité à la réglementation comme un obstacle important à la réussite. Ceci est surprenant étant donné que selon de nombreuses données disponibles, la conformité à la réglementation est en fait plus lourde pour les petites entreprises que pour les grandesNote de bas de page 9.

Les résultats ont également révélé des différences d'opinions entre les secteurs. Les répondants des secteurs de la fabrication et du commerce de détail avaient les opinions les plus négatives à propos de la conformité à la réglementation; environ 8 % des entreprises de ces secteurs ont indiqué qu'il s'agissait d'un obstacle important à la réussite, comparativement à près de 4 % des entreprises des services professionnels, scientifiques et techniques. Par comparaison, environ 32 % des entreprises exerçant leurs activités dans le secteur de l'hébergement et des services de restauration ont indiqué que la conformité à la réglementation ne constituait pas un obstacle à leur réussite.

On a ensuite demandé aux entreprises de préciser l'ordre de gouvernement dont les formalités administratives leur demandaient le plus de temps (tableau 2). Selon les résultats, environ 72 % des entreprises estiment que la conformité aux règlements fédéraux est celle qui prend le plus de temps.

Tableau 2 : Ordre de gouvernement pour lequel les formalités administratives liées à la réglementation prennent le plus de temps (en %) selon la taille de l'entreprise, la région et le secteur

Fédéral Provincial Municipal
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011.
Taille de l'entreprise (nombre d'employés)
0 74,8 23,9 1,3
1-4 73,3 24,7 2,0
5-19 66,7 30,8 2,5
20-99 68,7 28,8 2,5
100-499 69,3 29,6 1,1
Région
Provinces de l'Atlantique 85,1 13,7 1,2
Québec 19,3 79,5 1,2
Ontario 81,8 15,3 2,9
Provinces des Prairies 88,9 9,7 1,4
Colombie-Britannique 81,4 16,6 2,0
Secteur
Fabrication 70,9 28,3 0,8
Commerce de détail 66,2 31,3 2,4
Services professionnels, scientifiques et techniques 79,1 20,1 2,4
Hébergement et services de restauration 59,3 31,9 8,9
Autres services 62,1 35,5 2,4
Canada 71,6 26,4 2,0

On a observé de petites différences d'opinions entre les entreprises selon leur taille : les entreprises comptant moins de 5 employés avaient une opinion un peu plus négative du temps qu'il leur fallait pour se conformer aux règlements fédéraux, alors que les entreprises comptant entre 5 et 19 employés avaient une opinion un peu plus négative concernant le temps requis pour se conformer à la réglementation provinciale.

Les entreprises du Québec estimaient qu'il leur fallait beaucoup plus de temps pour se conformer à la réglementation provinciale qu'à la réglementation fédérale. Dans toutes les régions, le respect des règlements municipaux prenait le moins de temps, même s'il existe de nombreuses exigences en matière de permis d'exploitation et de licences au niveau municipal.

On a observé quelques différences entre les secteurs, celui de l'hébergement et des services de restauration étant le plus négatif concernant le temps requis pour se conformer aux règlements provinciaux et municipaux. Le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques était le plus négatif concernant le temps requis pour se conformer à la réglementation fédérale.

3.2 Quantité de formalités administratives liées à la réglementation

Une liste de 11 règlements importants a été fournie aux entreprises participant à l'enquête. Ces entreprises ont été invitées à indiquer à quels règlements elles avaient dû se conformer au cours des 12 mois précédents. Pour chaque règlement, on a demandé aux répondants de faire état du nombre total de demandes et de formulaires qu'elles avaient dû transmettre aux organismes de réglementation. À partir de leurs réponses, on a calculé le nombre moyen estimatif de documents produits par mois par entreprise. Le tableau 3 présente les résultats selon la taille de l'entreprise, la région et le secteur d'activité et compare les résultats avec ceux de 2005 et de 2008.

Tableau 3 : Nombre moyen de demandes ou de formulaires à transmettre aux organismes de réglementation par entreprise par mois selon la taille de l'entreprise, la région et le secteur

2005 2008 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011.
Note : Même si le nombre moyen de documents produits par mois a augmenté pour certaines catégories d'entreprises, lorsqu'on pondère ce nombre pour tenir compte de la structure de la population d'entreprises en fonction de la région, de la taille de l'entreprise et du secteur, l'estimation pour l'ensemble du Canada ne change pas.
Taille de l'entreprise (nombre d'employés)
0 <1 <1 <1
1-4 2 2 2
5-19 3 3 3
20-99 6 6 6
100-499 14 14 10
Région
Provinces de l'Atlantique 2 3
Québec 2 3
Ontario 2 2
Provinces des Prairies 2 2
Colombie-Britannique 2 2
Secteur
Fabrication 3 4
Commerce de détail 3 3
Services professionnels, scientifiques et techniques 2 2
Hébergement et services de restauration 3 3
Autres services 2 2
Canada 2 2 2

Selon les données du tableau 3, la quantité de formalités administratives liées à la réglementation pour les PME canadiennes en 2011 était semblable à celle de 2005 et 2008, avec deux documents transmis aux organismes de réglementation par entreprise par mois. Le nombre de documents à produire varie quelque peu : les entreprises comptant plus d'employés présentent un plus grand nombre de documents en moyenne par mois, et il en est de même pour les entreprises des provinces de l'Atlantique et celles du Québec, ainsi que pour les entreprises des secteurs de la fabrication, du commerce de détail, et de l'hébergement et des services de restauration.

Le changement le plus notable entre 2008 et 2011 concernait les moyennes entreprises, où le nombre moyen de demandes et de formulaires présentés aux organismes de réglementation a chuté, passant de 14 par mois en moyenne à 10. L'analyse a révélé que ce changement est principalement attribuable au relevé d'emploi. Les entreprises doivent remplir et transmettre un relevé d'emploi au gouvernement dès qu'un employé quitte son emploiNote de bas de page 10. Entre 2008 et 2011, le nombre de relevés d'emploi produits par les moyennes entreprises est passé de 6 par mois en moyenne à 4, soit 24 relevés d'emploi de moins par entreprise par an. Un facteur important explique ce changement. Comme pour la plupart des règlements se rapportant à l'emploi, le cycle conjoncturel influe sur le changement dans le nombre d'employés. S'il y a eu un moins grand roulement d'employés, c'est peut-être parce que les entreprises ont obtenu des résultats plus stables en 2011 qu'en 2008.

Les résultats présentés au tableau 3 concordent avec ceux présentés au tableau 1. Les entreprises qui considéraient que la conformité à la réglementation constituait un obstacle important à leur réussite, c'est-à-dire celles comptant entre 5 et 99 employés, les moyennes entreprises et les PME des provinces de l'Atlantique et du Québec, avaient également dû produire un plus grand nombre de documents en moyenne que les entreprises qui considéraient que la conformité constituait un obstacle moins important. D'un point de vue sectoriel, les entreprises du commerce de détail, qui considéraient que la conformité à la réglementation constituait un obstacle plus important à la réussite que les entreprises du secteur de l'hébergement et des services de restauration, ont produit en moyenne le même nombre de documents.

3.3 Coûts liés au temps consacré à l'interne à la conformité

Dans cette section, l'analyse porte sur l'évaluation du temps consacré par les PME pour se conformer aux règlements gouvernementaux. Le temps a été mesuré au micro-niveau, c'est-à-dire que l'on a demandé aux répondants de faire état du temps moyen requis par le personnel et la direction pour préparer les demandes ou formulaires et les présenter aux organismes de réglementation. Ce calcul a été fait pour chaque entreprise et chaque règlement. On a ensuite estimé de manière globale les heures consacrées à l'interne à la conformité aux règlements, par entreprise par mois. Le nombre total d'heures consacrées chaque mois à la conformité selon le type d'entreprise en 2005, 2008 et 2011 est présenté au tableau 4.

Tableau 4 : Nombre moyen d'heures consacrées à la conformité à la réglementation par entreprise par mois, selon la taille de l'entreprise, la région et le secteur

2005 2008 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011; et calculs de l'auteur.
Taille de l'entreprise (nombre d'employés)
0 1 1 1
1-4 1 1 2
5-19 2 2 4
20-99 3 4 7
100-499 6 7 12
Région
Provinces de l'Atlantique 2 2 4
Québec 2 2 3
Ontario 2 1 3
Provinces des Prairies 2 2 3
Colombie-Britannique 2 1 3
Secteur
Fabrication 3 2 5
Commerce de détail 2 2 3
Services professionnels, scientifiques et techniques 1 1 2
Hébergement et services de restauration 2 2 4
Autres services 2 2 3
Canada 2 1 3

Selon les résultats, le nombre moyen d'heures consacrées à la conformité à la réglementation par les PME canadiennes en 2011 s'élevait à environ trois heures par mois, ou moins d'une heure par semaine. Le plus grand nombre d'heures consacrées à cette tâche en 2011 s'élevait à 12 par mois pour les moyennes entreprises, et le moins élevé, à une heure par mois pour les entreprises sans salarié. Il existe une corrélation positive entre la taille de l'entreprise et le temps consacré à la conformité à la réglementation. On observe également des écarts entre les secteurs, la fabrication consacrant une fois et demie plus de temps au respect de la réglementation que la moyenne nationale. Le secteur de l'hébergement et des services de restauration consacre quatre heures par mois à la conformité à la réglementation, soit une heure par semaine. Les services professionnels, scientifiques et techniques consacrent seulement deux heures par mois en moyenne à cette tâche.

Pour de nombreuses entreprises, le temps qu'elles déclarent consacrer à la conformité à la réglementation a augmenté entre 2005 et 2011. Par exemple, presque toutes les entreprises avec salariés ont signalé consacrer environ deux fois plus de temps à cette tâche en 2011 qu'en 2005. On observe une tendance similaire dans les différents secteurs. On examinera plus loin dans le présent rapport la mesure dans laquelle l'augmentation du nombre d'heures consacrées à la conformité à la réglementation s'est traduite par une hausse des coûts.

Comme la quantité de documents à produire est demeurée plus ou moins la même entre 2005 et 2011 (comme on le voit au tableau 3), quatre causes peuvent être à l'origine de l'augmentation du temps consacré à la conformité à la réglementation :

  • Les organismes de réglementation ont apporté des changements aux demandes et aux formulaires, ce qui oblige les entreprises à prendre du temps pour réapprendre comment se conformer à la réglementation.
  • Les demandes et les formulaires sont devenus plus complexes.
  • Les améliorations au questionnaire de l'ECMCR de 2011, notamment des définitions plus exhaustives bien en vue, ont contribué à des déclarations plus complètes ou améliorées.
  • Les entreprises ont sous-estimé le temps consacré à la conformité à la réglementation en 2005 et 2008; elles accordent maintenant plus d'attention au temps qu'elles y consacrent et en rendent compte avec plus de précision.

Quand on examine le nombre moyen d'heures consacré à la conformité à la réglementation par entreprise par région, on peut déterminer si les entreprises qui doivent remplir le plus grand nombre de formalités administratives y consacrent également le plus de temps.

Selon le nombre moyen de documents produits par entreprise par mois, les PME du Québec et des provinces de l'Atlantique doivent remplir le plus grand nombre de formalités administratives. Fait intéressant, les entreprises du Québec ne consacrent pas plus de temps à la conformité à la réglementation que celles des autres régions, contrairement aux entreprises des provinces de l'Atlantique. Les enquêtes effectuées par Statistique Canada expliquent peut-être cette différence. On a constaté que le temps consacré aux enquêtes menées par Statistique Canada différait entre les régions, les entreprises des provinces de l'Atlantique consacrant plus de temps pour y répondre que celles des autres régions au pays (elles passent trois heures de plus par an en moyenne à répondre aux enquêtes que les entreprises des autres régions)Note de bas de page 11.

3.4 Processus de conformité

Les propriétaires d'entreprise ont fait état de deux méthodes clés adoptées par les PME pour se conformer à la réglementation : 1) confier le travail de mise en conformité à un fournisseur de services de l'extérieur; et 2) utiliser des logiciels pour simplifier les fonctions de tenue et de traitement des dossiers.

Recours à un fournisseur de l'extérieur pour effectuer le travail de mise en conformité à la réglementation

Les entreprises canadiennes se fient beaucoup à des fournisseurs de services de l'extérieur pour les aider à s'acquitter des formalités administratives. Le recours à ces fournisseurs peut être motivé par divers facteurs, dont les suivants :

  • les propriétaires d'entreprise, les gestionnaires et les employés sont incapables de comprendre les règlements et les exigences en matière de déclaration;
  • les propriétaires d'entreprise craignent de mal déclarer quelque chose et de se voir pénaliser ou encore de voir leur licence révoquée;
  • les propriétaires d'entreprise estiment que leurs employés et eux-mêmes feraient un meilleur usage de leur temps en se consacrant à d'autres activités de l'entreprise.

La figure 5 compare le pourcentage d'entreprises qui ont préparé la majorité des demandes et formulaires à l'interne avec le pourcentage d'entreprises qui ont eu recours à des fournisseurs de services de l'extérieur pour se conformer aux 11 règlements visés par le questionnaire de l'ECMCR.

Figure 5 : Pourcentage d'entreprises qui préparent la majorité des demandes et formulaires gouvernementaux à l'interne par rapport au pourcentage d'entreprises qui ont recours à des fournisseurs de services de l'extérieur, par règlement, 2011

Figure 5 : Pourcentage d'entreprises qui préparent la majorité des demandes et formulaires gouvernementaux à l'interne par rapport au pourcentage d'entreprises qui ont recours à des fournisseurs de services de l'extérieur, par règlement, 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011.
Description de la figure 5
Figure 5 : Pourcentage d'entreprises qui préparent la majorité des demandes et formulaires gouvernementaux à l'interne par rapport au pourcentage d'entreprises qui ont recours à des fournisseurs de services de l'extérieur, par règlement, 2011
Extérieur À l'interne
Retenues à la source 33,9 % 66,1 %
Relevé d'emploi 39,1 % 60,9 %
Feuillets T4 Sommaire et T4 individuels (y compris les formulaires RL au Québec) 57,3 % 42,7 %
Remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail 26,8 % 73,2 %
Demandes d'indemnisation pour accidents du travail 12,8 % 87,2 %
Déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés 79,4 % 20,6 %
Taxes de vente fédérale et provinciale 29,6 % 70,4 %
Acomptes provisionnels des entreprises 40,9 % 59,1 %
Enregistrement de société 55,1 % 44,9 %
Enquêtes obligatoires de Statistique Canada 9,9 % 90,1 %
Licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux 11,7 % 88,3 %

Près de 80 % des entreprises font appel à des fournisseurs de services de l'extérieur pour les aider à préparer les déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés. C'est en général dans ce domaine que les complexités sont les plus grandes. Comparativement, 57 % des PME ont recours à des fournisseurs de services de l'extérieur pour produire les feuillets T4 Sommaire et T4 individuels, 55 % pour l'enregistrement de société, 41 % pour les acomptes provisionnels des entreprises, 39 % pour la production de relevés d'emploi et 34 % pour les retenues à la source.

Si l'on compare les résultats de 2008 avec ceux de 2011, on constate que les entreprises ont eu de plus en plus recours à des fournisseurs de services de l'extérieur pour produire les demandes et formulaires :

  • La préparation à l'interne des retenues à la source a baissé, passant de 78 % en 2008 à 66 % en 2011.
  • La préparation de relevés d'emploi à l'interne a diminué, passant de 74 % en 2008 à 61 % en 2011.
  • La préparation des feuillets T4 Sommaire et T4 individuels à l'interne a chuté, passant de 64 % en 2008 à 43 % en 2011.

On a également observé un recours beaucoup plus important aux fournisseurs de services de l'extérieur pour se conformer à la réglementation fiscale. Ce recours accru aux fournisseurs de services de l'extérieur pour s'acquitter des formalités administratives dans leur ensemble donne à penser que de nombreux propriétaires d'entreprise préfèrent consacrer leur temps et celui de leurs employés au fonctionnement de l'entreprise et qu'ils estiment que les avantages du recours à des fournisseurs de services de l'extérieur l'emportent sur les coûts.

L'ECMCR évalue les types de fournisseurs de services auxquels les entreprises ont recours pour les aider à s'acquitter des formalités administratives, étant donné que le type de fournisseurs de services utilisé dépend de la complexité du règlement – les règlements nécessitant l'aide de comptables ayant tendance à être les plus complexes (tableau 5).

Tableau 5 : Types de fournisseurs de services auxquels les entreprises ont recours pour se conformer à la réglementation (en %), par règlement, 2011 Référence de la note * du tableau 5

Règlement Comptable Fournisseur de tenue de livres et de services de paye Services de préparation de déclarations d'impôt Autre fournisseur de services
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011.
Note * du tableau 5 : Parmi les entreprises qui ont recours à des fournisseurs de services de l'extérieur.
Note : Le total des chiffres peut être supérieur à 100 % puisque certaines entreprises ont eu recours à plusieurs fournisseurs de services.
Retenues à la source 42,2 26,7 3,5 33,5
Relevé d'emploi 68,9 29,4 2,5 5,8
Feuillets T4 Sommaire et T4 individuels (y compris les formulaires RL au Québec) 63,3 6,8 3,2 33,2
Remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail 84,3 17,6 5,8 3,2
Demandes d'indemnisation pour accidents du travail 70,8 32,3 7,1 3,2
Déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés 89,8 9,8 6,7 1,9
Taxes de vente fédérale et provinciale 49,1 35,7 17,3
Acomptes provisionnels des entreprises 42,5 51,1 1,2 9,6
Enregistrement de société 58,9 38,3 4,5 5,6
Enquêtes obligatoires de Statistique Canada 35,3 58,3 1,8 9,4
Licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux 39,2 56,2 3,1 9,5

Les règlements pour lesquels les entreprises ont eu le plus besoin de l'aide de comptables étaient ceux liés aux déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés, aux acomptes provisionnels des entreprises et aux taxes de vente fédérale et provinciale. Les règlements pour lesquels elles ont eu le moins besoin de l'aide de comptables sont ceux concernant les relevés d'emploi, les retenues à la source, et les licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux. Les règlements dans ces domaines sont plus habituels, et les formalités connexes peuvent être effectuées de façon rentable par des commis comptables ou des fournisseurs de services de paye, et d'autres fournisseurs de services.

Informatisation

L'utilisation de logiciels pour se conformer à la réglementation a augmenté depuis les premières itérations de la présente enquête. Le tableau 6 indique que pour sept des règlements visés dans le questionnaire de l'enquête, le pourcentage d'entreprises préparant manuellement la majorité des demandes et des formulaires a baissé entre 2008 et 2011. Ceci dit, pour six des règlements visés par l'enquête, plus de 50 % des PME continuaient de préparer manuellement la plupart des demandes et formulaires en 2011, comparativement à sept règlements en 2008.

Tableau 6 : Pourcentage d'entreprises utilisant des ressources internes pour se conformer à la réglementation, qui préparent la majorité des formulaires gouvernementaux manuellement au lieu d'utiliser un logiciel

Règlement 2008 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2008 et 2011.
Note * du tableau 6 : Représente une simple moyenne des résultats municipaux et provinciaux.
Retenues à la source 45 49
Relevé d'emploi 58 60
Feuillets T4 Sommaire et T4 individuels (y compris les formulaires RL au Québec) 31 37
Remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail 64 58
Demandes d'indemnisation pour accidents du travail 80 68
Déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés 36 40
Taxes de vente fédérale et provinciale 48 44
Acomptes provisionnels des entreprises 61 58
Enregistrement de société 66 51
Enquêtes obligatoires de Statistique Canada 91 32
Licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux 89 Référence de la note * du tableau 6 79

Cette diminution de la préparation manuelle des demandes et formulaires est peut-être en partie attribuable au fait que des logiciels de comptabilité et de paye spécialement conçus pour les PME sont plus facilement disponibles, ce qui a amélioré l'accès à l'information et aidé à simplifier le processus de déclaration.

Les ministères ont développé des plateformes électroniques pour aider les entreprises à transmettre l'information. Le tableau 7 montre que pour 10 des 11 règlements visés par l'enquête, une plus grande proportion de PME transmet les formulaires par voie électronique maintenant par rapport à 2008. La seule exception concerne les relevés d'emploi, pour lesquels on n'observe aucun changement. Plus de 50 % des PME utilisent désormais des méthodes électroniques pour transmettre les déclarations d'impôt sur les revenus des sociétés, les déclarations de taxes de vente fédérale et provinciale et les formulaires d'enregistrement de société. Une plus grande proportion d'entreprises utilise également des méthodes électroniques pour transmettre les feuillets T4 Sommaire et T4 individuels, ainsi que les remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail et les demandes d'indemnisation pour accidents du travail.

Tableau 7 : Pourcentage d'entreprises ayant recours à des ressources internes pour se conformer à la réglementation, qui présentent la majorité des formulaires par voie électronique

Règlement 2008 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2008 et 2011.
Note * du tableau 7 : Représente une simple moyenne des résultats municipaux et provinciaux.
Retenues à la source 36 41
Relevé d'emploi 33 33
Feuillets T4 Sommaire et T4 individuels (y compris les formulaires RL au Québec) 21 48
Remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail 25 39
Demandes d'indemnisation pour accidents du travail 10 23
Déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés 40 53
Taxes de vente fédérale et provinciale 31 54
Acomptes provisionnels des entreprises 30 39
Enregistrement de société 35 52
Enquêtes obligatoires de Statistique Canada 5 66
Licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux 14 Référence de la note * du tableau 7 18

Ces résultats donnent à penser que l'informatisation accrue entraîne une plus grande économie de temps et d'argent pour les entreprises puisque les propriétaires, les gestionnaires et les employés peuvent transmettre plus facilement l'information aux organismes de réglementation.

3.5 Coût de conformité à la réglementation

Cette section donne les estimations du coût de conformité à la réglementation pour les PME dans l'ensemble de l'économie canadienne. Ce coût est ventilé par région, secteur et taille de l'entreprise.

Coût total

Les itérations de 2005, 2008 et 2011 de l'ECMCR ont mesuré ce qu'il en a coûté au total aux entreprises visées par l'enquête pour se conformer aux 11 règlements clés (abordés dans le questionnaire).

Selon les données, les coûts nominaux de conformité à la réglementation ont augmenté d'environ 1,4 % par an depuis 2008, pour s'établir à 1,22 milliard de dollars en 2011. Ce montant est inférieur au taux de croissance annuelle de 2,4 % observé entre 2005 et 2008, ce qui indique que les coûts nominaux augmentent à un rythme moins rapide.

Le coût réel total de conformité à la réglementation (après correction en fonction de l'inflation) a toutefois diminué de près de 1 % entre 2008 et 2011, passant de 1,23 milliard de dollars à 1,22 milliard, soit une baisse d'environ 0,23 % sur une base annualisée (figure 6). Ceci ramène le coût total lié au respect des 11 règlements à celui observé en 2005.

Figure 6 : Coût total de conformité à la réglementation

Figure 6 : Coût total de conformité à la réglementation
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011; et calculs de l'auteur.
Description de la figure 6
Figure 6 : Coût total de conformité à la réglementation
Année dollars réels de 2011
2005 1,22 G$
2008 1,23 G$
2011 1,22 G$

Les déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés représentaient l'activité de conformité la plus coûteuse en 2011 (tableau 8), avec un coût annuel moyen de 888 $ par entreprise. Les retenues à la source arrivaient en deuxième position pour ce qui est du coût annuel moyen par entreprise (839 $), celui-ci ayant beaucoup baissé depuis 2005. Les taxes de vente fédérale et provinciale arrivaient au troisième rang, avec un coût annuel moyen par entreprise de 454 $. Les formalités administratives se rapportant aux licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux étaient celles dont le coût annuel moyen par entreprise était le moins élevé (107 $), celui-ci ayant enregistré une baisse constante depuis 2005.

Tableau 8 : Coût annuel moyen de conformité par entreprise (coût réel, dollars de 2011), par règlement

Règlement 2005 2008 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011; calculs de l'auteur.
Note * du tableau 8 : Licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux combinés.
Retenues à la source 505 505 839
Relevé d'emploi 185 140 339
Feuillets T4 Sommaire et T4 individuels (y compris les formulaires RL au Québec) 263 257 436
Remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail 102 95 197
Demandes d'indemnisation pour accidents du travail 104 89 211
Déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés 883 894 888
Taxes de vente fédérale et provinciale 325 304 454
Acomptes provisionnels des entreprises 157 144 315
Enregistrement de société 215 190 300
Enquêtes obligatoires de Statistique Canada 149 118 173
Licences et permis d'exploitation municipaux 112 54 107 Référence de la note * du tableau 8
Licences et permis d'exploitation provinciaux 78 71
Autres règlements fédéraux, provinciaux et municipaux 115

L'itération de 2011 de l'ECMCR a été élargie pour inclure le coût de conformité à tous les « autres » règlements fédéraux, provinciaux et municipaux. La logique sous-jacente était que ces autres règlements pourraient avoir une incidence non négligeable sur les PME et que leur inclusion permettrait donc de brosser un tableau plus complet des coûts totaux.

De plus, les itérations de 2005 et 2008 de l'enquête ne mesuraient pas le coût des biens d'équipement achetés par les PME pour se conformer à la réglementation. Ces coûts ont également été inclus dans l'ECMCR de 2011.

Par conséquent, pour faciliter les comparaisons avec les données de 2011, Industrie Canada a modifié les données de 2005 et 2008 pour inclure les estimations du coût d'autres règlements non inclus au départ dans les enquêtes, ainsi que le coût des biens d'équipement achetés pour se conformer aux règlements. L'hypothèse était la suivante : les coûts en capital de 2011 par rapport aux coûts totaux et les coûts de conformité aux « autres » règlements par rapport aux coûts totaux constitueraient des approximations appropriées à appliquer aux données des enquêtes antérieures. Par suite des ajustements effectués pour tenir compte des achats de biens d'équipement, le coût estimatif a augmenté d'environ 670 $ par entreprise et par suite de ceux effectués pour tenir compte du coût de conformité à d'autres règlements, le coût estimatif original a grimpé d'environ 115 $ par entreprise. Les chiffres originaux de 2011 et les chiffres révisés de 2005 et 2008 sont présentés à la figure 7.

Figure 7 : Coût total rajusté de conformité à la réglementation

Figure 7 : Coût total rajusté de conformité à la réglementation
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011; et calculs de l'auteur.
Description de la figure 7
Figure 7 : Coût total rajusté de conformité à la réglementation
Année dollars réels de 2011
2005 1,52 G$
2008 1,53 G$
2011 1,52 G$

En résumé, le coût réel de conformité à la réglementation a diminué d'environ 0,23 % par an depuis 2008 et est maintenant revenu aux niveaux de 2005.

Coût moyen par entreprise

L'étape suivante consistait à décomposer le coût total rajusté de conformité à la réglementation en coût moyen par entreprise selon la taille de l'entreprise, la région et le secteur. Comme on le voit au tableau 9, si l'on tient compte de l'ensemble des règlements fédéraux, provinciaux et municipaux, le coût de conformité à la réglementation par PME s'élevait à près de 3 500 $ par an en 2011.

Tableau 9 : Coût moyen de conformité à la réglementation par entreprise (coût réel, dollars de 2001)

2005 2008 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011; et calculs de l'auteur.
Taille de l'entreprise (nombre d'employés)
0 1 217 1 204 1 034
1-4 1 950 1 820 2 252
5-19 3 276 3 577 4 406
20-99 6 644 7 615 10 595
100-499 27 173 20 830 24 960
Région
Provinces de l'Atlantique 2 625 2 228 3 311
Québec 2 558 2 814 3 351
Ontario 2 902 2 489 3 491
Provinces des Prairies 3 091 2 964 3 703
Colombie-Britannique 2 658 2 321 3 195
Secteur
Fabrication 4 326 3 852 5 458
Commerce de détail 3 013 3 001 3 773
Services professionnels, scientifiques et techniques 2 427 2 200 2 699
Hébergement et services de restauration 3 745 2 873 4 559
Autres services 2 024 2 085 3 261
Canada 2 812 2 603 3 444

Parmi les différentes catégories de taille d'entreprise, le coût de conformité pour la plus petite entreprise (celle ne comptant aucun salarié) s'élevait à environ 1 000 $ par an. Les entreprises comptant entre un et quatre employés y consacraient 2 250 $ par an, comparativement à 4 400 $ pour les entreprises comptant entre 5 et 19 employés et à 10 600 $ par an pour celles en comptant entre 20 et 99. Le coût pour la moyenne entreprise (entre 100 et 499 employés) se chiffrait à environ 25 000 $ par an. Conformément aux résultats présentés aux tableaux 1 et 4, les entreprises qui consacraient le plus de temps à la conformité à la réglementation et qui considéraient cela comme un obstacle important à la réussite, c'est-à-dire les moyennes entreprises, enregistraient les coûts moyens les plus élevés.

Comme on le voit au tableau 9, les coûts de conformité à la réglementation sont répartis de manière relativement égale entre les régions. Le coût moyen par entreprise en Colombie-Britannique est d'environ 7 % inférieur à la moyenne nationale tandis que dans les provinces des Prairies, il est d'environ 8 % supérieur à la moyenne nationale. Compte tenu des écarts entre le type d'entreprise, les différences dans le coût moyen par entreprise entre les régions ne sont pas significatives d'un point de vue statistique. Il convient toutefois de noter que malgré l'opinion relativement plus négative des PME du Québec et des provinces des Prairies à l'égard de la réglementation, on ne constate pas un fardeau plus lourd dans les estimations de coûts.

C'est dans le secteur de la fabrication que le coût de conformité à la réglementation est le plus élevé, suivi par le secteur de l'hébergement et des services de restauration. Les différences dans le coût moyen par entreprise entre ces secteurs et les autres s'expliquent probablement par le fait que ces deux secteurs enregistrent une plus forte intensité de main-d'oeuvre. En d'autres termes, des études ont montré qu'il existe une relation positive entre les coûts de la mise en conformité à la réglementation et le nombre d'employés d'une entrepriseNote de bas de page 12. Ceci est dû au nombre croissant de règlements en matière d'emploi auxquels les entreprises doivent se conformer à mesure que le nombre d'employés augmente.

Même si le coût réel moyen de conformité à la réglementation par entreprise a diminué entre 2005 et 2008, il a augmenté entre 2008 et 2011, et cette augmentation est statistiquement significative. Ces résultats corroborent ceux présentés au tableau 4, qui font état d'une augmentation du temps moyen consacré au respect de la réglementation par entreprise. Si l'on utilise les estimations présentées au tableau 9, le coût moyen par entreprise s'élevait à 632 $ de plus en 2011 qu'en 2005, ce qui correspond à une augmentation annuelle de 3,4 % du coût moyen par entreprise entre 2005 et 2011. On a observé une hausse du coût moyen dans toutes les régions et tous les secteurs.

Toutefois, le coût moyen de conformité à la réglementation n'a pas augmenté dans toutes les catégories de taille d'entreprise. Ainsi, le coût moyen pour les entreprises sans salarié a baissé de façon continue d'environ 3 % par an depuis 2005, passant de 1 217 $ par entreprise à 1 034 $ en 2011. Le coût moyen pour les moyennes entreprises a quelque peu fluctué, baissant en 2008 pour augmenter à nouveau en 2011. Si l'on tient compte de la période au complet, le coût moyen pour les moyennes entreprises a baissé, passant de 27 173 $ en 2005 à 24 960 $ en 2011, soit une diminution annuelle de 1,4 % par an. En revanche, le coût annuel moyen a augmenté pour toutes les catégories de petites entreprises avec salariés.

Trois facteurs peuvent être à l'origine de la hausse du coût moyen global par entreprise depuis 2005 :

  • Augmentation du nombre d'entreprises avec salariés : On compte maintenant près de 7 % d'entreprises avec salariés de plus qu'en 2005 dans les cinq secteurs visés par l'enquête. Par ailleurs, des entreprises autrefois non assujetties aux règlements en matière d'emploi doivent maintenant s'y conformer, ce qui se traduit évidemment par une hausse des coûts moyens.
  • Augmentation du nombre d'entreprises ayant recours à des fournisseurs de services : Étant donné que les petites entreprises avec salariés font maintenant appel en plus grand nombre à des fournisseurs de services professionnels pour se conformer à la réglementation (voir la section 3.4) et que le recours à ces professionnels coûte en moyenne 2,5 fois plus cher que l'utilisation de ressources à l'interne (2 336 $ par rapport à 900 $, en excluant les coûts en capital et les coûts de renonciation implicites), il n'est pas surprenant d'assister à une hausse du coût moyen par entreprise.
  • Hausse du coût des fournisseurs de services : Le coût moyen du recours à un fournisseur de services, corrigé en fonction de l'inflation, a augmenté de près de 9 %, soit 185 $ par entreprise, depuis 2005.

Coût moyen par employé et par rapport aux revenus (« taux du fardeau »)

Pour mesurer l'incidence de la conformité à la réglementation sur les entreprises, il ne suffit pas de connaître uniquement le coût total ou le coût moyen par entreprise. Ces coûts doivent être replacés dans un contexte plus vaste, et la façon la plus efficace de le faire consiste à mesurer le coût de conformité à la réglementation par rapport à la capacité de l'entreprise à prendre en charge ce coût. On utilise fréquemment la taille de l'entreprise comme indicateur indirect de la capacité et, dès lors, le coût par employé est souvent utilisé pour comparer le « fardeau » de la réglementation et suivre l'évolution au fil des années. Il existe une deuxième mesure plus exacte, qui consiste à examiner le coût par rapport aux revenus de l'entreprise. Tout comme un taux d'imposition moyen, le coût par rapport aux revenus de l'entreprise donne un « taux de fardeau » moyen.

Si l'on tient compte des résultats nationaux de 2011 présentés au tableau 10, il en coûte environ 370 $ par employé par année aux PME pour se conformer aux règlements fédéraux, provinciaux et municipaux. Le coût de conformité à la réglementation pour la PME canadienne moyenne correspond à 0,28 % de ses revenus (c'est-à-dire le « taux de fardeau global »), ce qui veut dire que moins de 1 cent par dollar gagné par les entreprises canadiennes est utilisé pour couvrir le coût de conformité à la réglementation.

Tableau 10 : Coût moyen de conformité à la réglementation par employé (coût réel, dollars de 2011) et taux du fardeau (coût par rapport aux revenus de l'entreprise), selon la taille de l'entreprise, la région et le secteur

Coût par employé ($) Taux du fardeau (%)
2005 2008 2011 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011; et calculs de l'auteur.
Taille de l'entreprise (nombre d'employés)
0 1 217 1 204 1 034 0,49
1-4 888 872 1 029 0,59
5-19 360 399 476 0,3
20-99 165 194 264 0,18
100-499 158 129 149 0,18
Région
Provinces de l'Atlantique 253 294 330 0,24
Québec 246 367 303 0,26
Ontario 331 379 377 0,27
Provinces des Prairies 349 424 445 0,31
Colombie-Britannique 316 324 411 0,30
Secteur
Fabrication 225 275 323 0,19
Commerce de détail 294 342 316 0,16
Services professionnels, scientifiques et techniques 502 658 550 0,47
Hébergement et services de restauration 212 183 229 0,36
Autres services 293 424 444 0,44
Canada 305 370 370 0,28

Le coût de conformité à la réglementation pour les entreprises comptant entre un et quatre employés est estimé à 1 029 $ par employé par an, soit 0,59 % des revenus. Le coût pour les entreprises comptant entre 5 et 19 employés se chiffre à 476 $ par employé, soit 0,30 % des revenus. Il s'établit à 264 $ par employé, soit 0,18 % des revenus annuels, pour les entreprises comptant entre 20 et 99 employés, et à 149 $ par employé, soit 0,18 % des revenus, pour les entreprises de taille moyenne (entre 100 et 499 employés). Dans l'ensemble des secteurs, le coût de conformité à réglementation est plus lourd pour les petites entreprises que pour les moyennes entreprises.

Le désavantage financier que connaissent les petites entreprises s'explique en grande partie par les économies d'échelle en matière de conformitéNote de bas de page 13 dont elles ne peuvent bénéficier. En effet, les coûts fixes de la conformité pour les entreprises de plus grande taille peuvent être répartis sur une base de revenus et un nombre d'employés plus grands. On a eu recours à une analyse de régression pour estimer cet effet. On a ainsi procédé à la régression du coût moyen par employé en fonction du nombre médian d'employés dans chaque catégorie de taille d'entreprise. D'après les résultats, une hausse de 1 % dans la taille de l'entreprise se traduit par une diminution de 0,36 % dans le coût de conformité par employé.

Un autre facteur peut expliquer le désavantage financier pour les petites entreprises : l'apprentissage par l'action, c'est-à-dire que les moyennes entreprises, qui sont habituellement des entreprises en place depuis plus longtemps, ont généralement pu réduire leurs coûts de conformité au fil du temps du fait que les propriétaires, les gestionnaires et les employés connaissent mieux les règlements et savent mieux comment s'y conformer. Ceci permet d'expliquer pourquoi de nombreuses entreprises de taille moyenne rechignent beaucoup à voir des changements apportés aux règlements qu'elles ont appris à connaîtreNote de bas de page 14. En effet, tout changement pourrait entraîner une hausse importante des coûts à court terme étant donné que les propriétaires, les gestionnaires et les employés doivent s'adapter aux changements et réapprendre comment se conformer aux règlements de la manière la plus efficace.

Il convient aussi de noter que le fardeau n'est pas le plus lourd pour les plus petites entreprises, soit les entreprises sans salarié. Le tableau 10 montre que le taux du fardeau pour les entreprises sans salarié se chiffre à 0,49 %, tandis qu'il est de 0,59 % pour les entreprises comptant entre un et quatre employés. Ces chiffres corroborent l'hypothèse selon laquelle le fardeau des formalités administratives commence par augmenter quand une entreprise prend de l'expansion, puis diminue. Il s'agit d'une constatation importante, que ne reflètent généralement pas les mesures du coût par employé utilisées dans la plupart des études. La principale explication du taux de fardeau moins élevé pour les entreprises sans salarié est que ces entreprises ne sont pas assujetties aux règlements en matière d'emploi, comme les retenues à la source et les remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail et les demandes d'indemnisation pour accidents du travail. Une fois que le propriétaire de l'entreprise sans salarié décide d'élargir son entreprise et de recruter du personnel, le taux du fardeau augmente puisque l'entreprise doit maintenant se conformer aux règlements en matière d'emploi. La mesure dans laquelle ces coûts additionnels découragent la croissance précoce pourrait faire l'objet d'une autre étudeNote de bas de page 15.

Si l'on examine les données régionales, le coût de conformité à la réglementation par employé est d'environ 20 % supérieur à la moyenne nationale dans les provinces de l'Atlantique et de 11 % supérieur en Colombie-Britannique. Les taux du fardeau sont également les plus élevés dans ces deux régions. Le coût par employé et le taux du fardeau sont les plus faibles au Québec et dans les provinces de l'Atlantique. Toutefois, la plupart de ces différences régionales ne sont pas statistiquement significatives, ce qui donne à penser que la région ne constitue pas un facteur clé expliquant les différences dans les coûts de conformité à la réglementation.

Le coût de conformité à la réglementation par employé et le taux du fardeau varient selon le secteur. Le tableau 10 montre que le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques enregistrait le coût de conformité par employé le plus élevé (550 $) et le taux du fardeau le plus élevé (0,47 %), suivi du secteur des autres services (444 $) et du secteur de la fabrication (323 $). Le taux du fardeau était le plus faible pour les entreprises du secteur du commerce de détail, avec 0,16 %.

Il est également utile de comparer le coût de conformité à la réglementation par employé au fil du temps. Dans l'ensemble, le coût par employé a augmenté, passant de 305 $ en 2005 à 370 $ en 2008, mais depuis, il n'a pas changé. Le coût par employé a diminué entre 2008 et 2011 pour les entreprises du Québec et de l'Ontario, mais a augmenté dans les autres régions.

Depuis 2008, les entreprises du secteur de la vente de détail ont enregistré une baisse de 26 $ du coût de conformité à la réglementation par employé, et le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques a enregistré une baisse de 108 $. Toutefois, le coût par employé a augmenté pour les entreprises des secteurs de l'hébergement et des services de restauration, des autres services et de la fabrication. La hausse du coût par employé dans le secteur de la fabrication s'explique principalement par la baisse du nombre d'emplois dans ce secteur. Plus précisément, les PME du secteur de la fabrication ont perdu plus de 130 000 emplois pendant la période à l'étude. Donc, même en l'absence d'une augmentation du coût de conformité, le coût par employé resterait plus élevéNote de bas de page 16.

Le règlement le plus exigeant demeure celui relatif aux déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés (tableau 11). Depuis 2005, toutefois, c'est dans ce domaine que l'on a observé les réductions les plus notables du coût de conformité par employé. Après correction en fonction de l'inflation, le coût par employé a chuté, passant de 96 $ en 2005 à 88 $ en 2011, soit une baisse de 8 % pendant la période, avec une hausse temporaire observée en 2008. À l'exception des enquêtes obligatoires de Statistique Canada, le coût par employé a augmenté pour la plupart des règlements au cours de cette périodeNote de bas de page 17.

Tableau 11 : Coût moyen de conformité à la réglementation par employé (coût réel, dollars de 2011), par règlement

Règlement 2005 2008 2011
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011; et calculs de l'auteur.
Note * du tableau 11 : Licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux combinés.
Retenues à la source 39 47 72
Relevé d'emploi 11 11 20
Feuillets T4 Sommaire et T4 individuels (y compris les formulaires RL au Québec) 20 25 37
Remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail 7 7 13
Demandes d'indemnisation pour accidents du travail 3 4 6
Déclarations d'impôts fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés 96 126 88
Taxes de vente fédérale et provinciale 35 42 45
Acomptes provisionnels des entreprises 13 16 24
Enregistrement de société 20 23 27
Enquêtes obligatoires de Statistique Canada 11 11 11
Licences et permis d'exploitation municipaux 9 6 8 Référence de la note * du tableau 11
Licences et permis d'exploitation provinciaux 1 8
Autres règlements fédéraux et provinciaux 6

Un autre facteur qui doit être pris en compte quand on analyse les données est le changement dans la composition de la main-d'œuvre, à savoir le fait que le nombre moyen de travailleurs employés par entreprise a diminué, passant de 12 en 2005 à 11 en 2008Note de bas de page 18. En raison de l'augmentation du coût moyen de la conformité par entreprise pendant la période (tableau 9) et d'une réduction du nombre de travailleurs par établissement, le coût par travailleur est plus élevé. Cette tendance s'inverserait si l'emploi venait à augmenter.

Coût total à l'échelle de l'économie canadienne

Dans cette analyse, on essaie d'inclure dans le calcul du coût de conformité à la réglementation le coût assumé par les entreprises ne faisant pas partie de la population visée par l'enquête, notamment celles évoluant dans les secteurs de l'agriculture, de la construction et des transports. Les estimations de coût pour ces secteurs reposaient sur l'hypothèse selon laquelle leur expérience en matière de réglementation était dans l'ensemble similaire à celle d'entreprises de même taille faisant partie de la population visée par l'enquête. Dès lors, les estimations du coût moyen par entreprise, selon la taille de l'entreprise, ont été extrapolées aux entreprises non visées par l'enquête afin de compléter les chiffres de référence de Statistique Canada et d'établir des estimations pour l'ensemble de l'économie.

Le coût nominal de conformité pour l'ensemble de l'économie a augmenté entre 2005 et 2011, passant de 4,3 milliards de dollars à 5,2 milliards. Après correction en fonction de l'inflation et de la croissance du secteur des entreprises, le coût réel de conformité a baissé, passant de 4,86 milliards à 4,76 milliards, soit une baisse de 2 % (figure 8). Si ce coût est mesuré par rapport aux ressources économiques, les données indiquent que le coût de conformité à la réglementation pour les PME a chuté, passant de 0,81 % du PIB des PME à 0,75 % en 2011Note de bas de page 19.

Figure 8 : Estimations du coût total de conformité à la réglementation pour l'ensemble de l'économie

Figure 8 : Estimations du coût total de conformité à la réglementation pour l'ensemble de l'économie
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2005, 2008 et 2011; et calculs de l'auteur.
Description de la figure 8
Figure 8 : Estimations du coût total de conformité à la réglementation pour l'ensemble de l'économie
2005 4,86 G$
2008 4,84 G$
2011 4,76 G$

3.6 Opinion des entreprises concernant le coût de conformité à la réglementation

Les études, les discussions avec les intervenants et la documentation en général ont laissé les décideurs dans l'incapacité de répondre à la grande question suivante : quand la conformité à la réglementation devient-elle excessive? L'ECMCR a essayé, pour la première fois, de recueillir de l'information objective afin d'aider à répondre à cette question.

Sachant que le gouvernement aura toujours besoin de recueillir de l'information et de percevoir des impôts, et, par conséquent, qu'il y aura toujours des règlements à respecter, on a demandé aux entreprises d'évaluer dans quelle mesure le coût de conformité à la réglementation est acceptable, un peu plus élevé que le niveau acceptable ou beaucoup plus élevé que le niveau acceptable.

Selon les données globales, la plupart des PME considèrent que le coût de conformité est acceptable (65 %) et seulement 9 % le jugent beaucoup plus élevé que le niveau acceptable (figure 9). Ce pourcentage était plus élevé pour les moyennes entreprises que pour les petites entreprises. Ces chiffres corroborent les constatations présentées au tableau 1, selon lesquelles les moyennes entreprises sont plus enclines à considérer la conformité à la réglementation comme un obstacle important à la réussite. Environ 26 % des répondants ont signalé que le coût de conformité est un peu plus élevé que le niveau acceptable.

Figure 9 : Opinion des PME concernant le coût de conformité à la réglementation

Figure 9 : Opinion des PME concernant le coût de conformité à la réglementation
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011.
Description de la figure 9
Figure 9 : Opinion des PME concernant le coût de conformité à la réglementation
Acceptable 65,3 %
Un peu plus élevé que le niveau acceptable 26,2 %
Beaucoup plus élevé que le niveau acceptable 8,5 %

Si l'on en croit ces constatations, la majorité des PME canadiennes ne considèrent pas que le fait de consacrer en moyenne trois heures par mois à s'acquitter de formalités administratives, de préparer en moyenne deux formulaires gouvernementaux par mois et d'assumer des coûts d'environ 3 500 $ par an soit excessif.

3.7 Priorité accordée à la réduction du coût de conformité à la réglementation

Le gouvernement fédéral a élaboré des politiques et entrepris des projets pour réduire le coût de conformité à la réglementation pour les PME, en diminuant le nombre de formulaires requis, en simplifiant la conception des formulaires et en en réduisant la complexité, et en élaborant ou améliorant des méthodes de traitement électroniqueNote de bas de page 20. Ces mesures visent à aider le gouvernement à atteindre d'importants objectifs de politique publique, comme une amélioration de l'efficacité de la réglementation et une augmentation de la productivité des entreprises. Des études ont montré que d'autres améliorations peuvent être apportées au système de réglementation au CanadaNote de bas de page 21 et que les entreprises, en général, aimeraient que le gouvernement poursuive ses efforts en vue de réduire le coût de conformité à la réglementation.

Les données recueillies par l'ECMCR confirment que les PME soutiennent le gouvernement fédéral dans son objectif de faire de la réduction du coût de conformité à la réglementation une priorité. Cela veut dire que les PME sont plus nombreuses à vouloir que la réduction du coût soit une priorité moyenne ou élevée qu'une faible priorité. Seul un petit pourcentage de PME (11,4 %) estime que la réduction du coût de conformité à la réglementation ne devrait pas être une priorité du tout et que le gouvernement devrait concentrer ses efforts sur d'autres activités (figure 10). L'opinion selon laquelle le gouvernement devrait accorder une priorité moyenne ou élevée à la réduction de ce coût est profondément ancrée dans tous les secteurs, toutes les régions et toutes les catégories de taille d'entreprise.

Figure 10 : Opinions des PME concernant la priorité à accorder à la réduction du coût de conformité à la réglementation

Figure 10 : Opinions des PME concernant la priorité à accorder à la réduction du coût de conformité à la réglementation
Source : Statistique Canada, Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation, 2011.
Description de la figure 10
Figure 10 : Opinions des PME concernant la priorité à accorder à la réduction du coût de conformité à la réglementation
Pas une priorité 11,4 %
Faible priorité 29,7 %
Priorité moyenne 43,1 %
Priorité élevée 15,8 %

haut de la page

4. Conclusion

Le présent rapport renferme des données sur le coût de conformité à la réglementation pour les entreprises canadiennes. Les données sont tirées de l'Enquête sur le coût de la mise en conformité à la réglementation effectuée par Statistique Canada en 2011. Près de 9 000 entreprises ont répondu au questionnaire principal de l'enquête, et plus de 1 500 fournisseurs de services ont répondu au questionnaire supplémentaire. La taille de l'échantillon était donc suffisante pour produire des résultats avec un degré de confiance élevé.

Corrigé en fonction de l'inflation et de la croissance de la taille du secteur des entreprises, le coût total réel de conformité à la réglementation pour les PME canadiennes s'élevait à 4,76 milliards de dollars en 2011, ce qui correspond à environ 3 500 $ par entreprise ou à 370 $ par employé, soit une baisse de 0,3 % par an depuis 2005. Mesuré en tant que pourcentage du PIB des PME, le coût de conformité a diminué entre 2005 et 2011, passant de 0,81 % à 0,75 %.

Les données ont révélé un fait intéressant : bien que 6 % des entreprises considèrent le coût de conformité à la réglementation — et, en particulier, à la réglementation fédérale — comme un obstacle important à leur réussite, cette opinion n'était pas partagée par la majorité des entreprises (72 %).

Ce résultat s'explique notamment par le fait que de nombreux propriétaires d'entreprise ne considèrent pas que la conformité à la réglementation gouvernementale prend trop de temps. Cela pourrait aussi s'expliquer par le fait que les propriétaires d'entreprise acceptent généralement que les formalités administratives à remplir font partie de leurs activités, même si ces formalités sont parfois fastidieuses. Il se peut également que les propriétaires tirent des avantages de la conformité et que le coût net de conformité à la réglementation soit inférieur au coût brut.

Comme en 2005 et en 2008, les PME canadiennes produisent en moyenne deux formulaires par mois pour se conformer à la réglementation fédérale, provinciale et municipale. Les entreprises qui indiquent que la conformité à la réglementation constitue un obstacle plus important à la réussite, c'est-à-dire les petites entreprises comptant entre 5 et 99 employés et les moyennes entreprises ainsi que les PME du Québec et des provinces de l'Atlantique, devaient également composer en moyenne avec un plus grand nombre de formalités administratives que les entreprises pour lesquelles la conformité à la réglementation constituait un obstacle moins important.

Les données confirment également que sur un mois de travail de 160 heures, trois heures en moyenne étaient consacrées par les PME aux formalités administratives en 2011, soit moins d'une heure par semaine. Pour certains propriétaires d'entreprise, chaque heure consacrée aux formalités administratives est une heure de trop si cela les détourne de quelque façon que ce soit de l'exploitation de leur entreprise. D'autres propriétaires reconnaissent que les règlements du gouvernement sont nécessaires et considèrent que le temps consacré aux formalités est raisonnable étant donné les avantages qu'en retire la sociétéNote de bas de page 22. Pour d'autres encore, ce n'est pas le nombre total d'heures consacrées aux formalités qui pose problème, mais le fait que le travail doit être fait à différentes périodes, ce qui est moins pratique que de pouvoir tout faire en même tempsNote de bas de page 23. Pour certaines entreprises, il est acceptable de consacrer quelques heures aux formalités administratives, pour autant que l'on puisse le faire pendant les temps morts quand il n'y a pas grand chose d'autre à faireNote de bas de page 24. Par ailleurs, pour de nombreuses entreprises, il serait nécessaire de consacrer du temps à des activités similaires même en l'absence de réglementation, afin de réaliser des gains d'efficacité opérationnelleNote de bas de page 25. Par exemple, même si les entreprises n'étaient plus tenues de produire des déclarations d'impôt sur le revenu, la plupart d'entre elles prépareraient malgré tout des comptes et des états financiers annuels.

Ces données corroborent les résultats d'autres études, selon lesquels les petites entreprises supportent une part excessive du fardeau national de la conformité à la réglementation. En se fondant sur cette analyse, les données de l'ECMCR indiquent que le fardeau de la conformité, mesuré par le « taux du fardeau », ne pèse pas le plus lourdement sur les plus petites entreprises. Cette constatation appuie l'hypothèse selon laquelle le fardeau de la conformité à la réglementation augmente au départ quand une entreprise prend de l'expansion et embauche des employés, puis diminue quand certaines économies d'échelle sont réalisées.

Les résultats de l'enquête confirment également que les entreprises ont de plus en plus recours à des fournisseurs de services professionnels pour les aider à se conformer à la réglementation. Les entreprises qui continuent d'utiliser des ressources à l'interne pour s'acquitter des formalités adoptent activement des méthodes de traitement électronique.

Environ 65 % des entreprises ont indiqué que le coût de conformité à la réglementation était acceptable, seulement 8,5 % jugeant ce coût beaucoup plus élevé que le niveau acceptable. Ceci dit, les entreprises canadiennes veulent malgré tout que des mesures soient prises pour réduire le coût de conformité à la réglementation. La majorité d'entre elles ont indiqué que le gouvernement devrait accorder une priorité moyenne ou élevée à la réduction de la paperasserie.


haut de la page

Annexe A. Exigences réglementaires visées par l'enquête

Les 11 exigences réglementaires censées avoir la plus grande incidence sur le plus grand nombre de PME au Canada sont présentées ci-après.

Retenues à la source :
Les entreprises avec salariés doivent retenir du revenu de leurs employés les cotisations au Régime de pensions du Canada, les primes d'assurance-emploi et l'impôt sur le revenu et les verser, accompagnées d'un bordereau de remise, au gouvernement du Canada.
Relevé d'emploi :
Quand un employé quitte son emploi, l'employeur doit produire un relevé d'emploi officiel du gouvernement du Canada qui indique pendant combien de temps l'employé a travaillé pour l'entreprise et quel est le revenu gagné. Emploi et Développement social Canada utilise ensuite cette information pour déterminer l'admissibilité de l'employé aux prestations d'assurance-emploi, le taux de prestation et la durée de ces prestations.
Feuillets T4 et formulaires RL :
Un feuillet T4 (RL au Québec) est un feuillet d'information que les entreprises avec salariés envoient à leurs employés à la fin de l'année d'imposition. Il y fait état des gains de l'employé et du montant total de l'impôt sur le revenu, des cotisations au Régime de pensions du Canada (ou au Régime de rentes du Québec), des primes d'assurance-emploi et des cotisations syndicales, retenus à la source et versés au gouvernement au cours de l'année. Un feuillet T4 Sommaire (RLZ-1 au Québec) est un feuillet d'information que l'entreprise avec salariés transmet à l'Agence du revenu du Canada (ou à Revenu Québec) à la fin de l'année d'imposition. Il y est fait état du total des montants indiqués sur tous les feuillets T4 (RL) individuels.
Remises au titre de l'indemnisation pour accidents du travail :
Une remise au titre de l'indemnisation pour accidents du travail est un paiement effectué par une entreprise à l'une des commissions de la santé et de la sécurité en contrepartie d'une couverture d'assurance en milieu de travail. Cette assurance fournit aux employés qui tombent malades ou se blessent sur le lieu de travail une couverture médicale et un remplacement du revenu. Elle protège également les entreprises contre d'éventuelles poursuites de la part des employés concernant les conditions du milieu de travail susceptibles d'être à l'origine de la maladie ou de la blessure. Une entreprise avec salariés doit déposer un formulaire de remise au titre de l'indemnisation pour accidents du travail chaque fois qu'elle fait un paiement à sa commission régionale de la santé et de la sécurité.
Demande d'indemnisation pour accidents du travail :
Lorsqu'un employé tombe malade ou se blesse alors qu'il est au travail, l'employeur doit remplir un rapport d'incident ou de blessure et le faire parvenir à la commission de la santé et de la sécurité de la région où il exerce son activité. Cette commission examine le rapport en le comparant au rapport de l'employé et au rapport médical sur la blessure, afin de déterminer si la maladie ou la blessure est survenue alors que l'employé était au travail et si cette situation a un lien avec le travail de l'employé.
Déclarations d'impôt fédérale et provinciale sur les revenus des sociétés :
Toutes les entreprises qui exercent leurs activités au Canada ou qui gagnent un revenu au Canada doivent acquitter des impôts sur le revenu et déposer une déclaration annuelle de revenu auprès du gouvernement fédéral. Les entreprises non constituées en personne morale doivent déposer une déclaration de revenu T1, tandis que les entreprises constituées en personne morale doivent déposer une déclaration de revenu T2. Selon la région, les entreprises peuvent également être tenues de déposer une déclaration de revenu provinciale en plus de la déclaration fédérale. Ces déclarations sont utilisées par les entreprises pour rendre compte du revenu gagné au cours de l'année, à partir de toutes les sources, pour le calcul des retenues ou des crédits d'impôt au cours de l'année et pour déterminer, en fonction des lois fiscales fédérales et provinciales, si elles doivent un montant d'impôt au gouvernement ou si le gouvernement doit leur faire parvenir un remboursement d'impôt.
Taxes de vente fédérale et provinciale :
Presque tous les achats sont taxés. Les taxes de vente fédérale et provinciale (taxe sur les produits et services ou TPS / taxe de vente provinciale / taxe de vente harmonisée ou TVH) sont des types de taxes à la consommation qui s'ajoutent au prix d'achat des produits ou services au moment de leur acquisition et dont le montant est généralement établi en tant que pourcentage du prix de vente. La plupart des marchandises sont assujetties à la taxe de vente fédérale et/ou provinciale, même si certaines en sont exemptes. Les consommateurs sont tenus de payer les taxes et les entreprises sont tenues de percevoir les taxes et de les remettre au gouvernement. De façon générale, les entreprises doivent régulièrement verser le montant des taxes perçues et déposer un rapport de taxe de vente.
Acomptes provisionnels des entreprises :
De façon générale, les sociétés doivent acquitter par acomptes les montants de l'impôt sur le revenu fédéral, provincial ou harmonisé, ce qui signifie qu'elles sont tenues d'effectuer des paiements réguliers d'une partie du montant total de l'impôt sur le revenu qu'elles devront acquitter à la fin de l'exercice. Les lois sur l'impôt, au niveau fédéral, provincial ou territorial, exigent que les sociétés effectuent ces versements par acomptes, de façon à ce que les entreprises soient traitées de la même façon que les contribuables qui ont leur impôt retenu automatiquement à la source sur leurs chèques de paye au cours de l'année. Chaque fois qu'une entreprise verse un acompte provisionnel, elle est généralement tenue de déposer un bordereau de remise.
Enregistrement de société :
Au Canada, les formalités d'enregistrement d'une entreprise en tant que personne morale sont appelées « constitution en personne morale ou en société ». La constitution en personne morale représente la création d'une entité juridique qui est reconnue par la loi comme une personne morale. Les droits et obligations dévolus par la loi à cette entité sont notamment : a) le droit d'ester en justice ou d'être poursuivie, b) le droit de posséder et d'aliéner des biens, c) le droit d'embaucher des travailleurs, d) le droit de conclure des contrats et e) le droit de gérer ses propres affaires internes. Au Canada, les entreprises ont deux options pour se constituer en personne morale : se constituer sous le régime provincial ou sous le régime fédéral. Elles sont donc assujetties à la législation fédérale ou provinciale régissant les entreprises ou les sociétés. L'acte de constitution en personne morale requiert l'établissement et la présentation des statuts de la société et de tout autre document d'appui auprès de l'autorité compétente, et le paiement de droits d'enregistrement.
Enquêtes obligatoires de Statistique Canada :
Les entreprises qui reçoivent une enquête obligatoire de Statistique Canada sont tenues par la loi de répondre aux questions de l'enquête et de renvoyer le questionnaire à Statistique Canada dans la période prescrite.
Licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux :
Les licences et permis d'exploitation municipaux et provinciaux sont des documents juridiques et des ententes en bonne et due forme en vertu desquels l'administration municipale ou provinciale accorde aux entreprises le droit légal de gérer ou d'entreprendre certains travaux dans une région ou un secteur donné. La présentation d'une demande de licence d'exploitation exige que l'on remplisse et que l'on transmette divers formulaires administratifs.
Autres exigences réglementaires :
Cette catégorie générale inclut toutes les autres exigences réglementaires fédérales, provinciales ou municipales éventuelles, notamment les exigences en matière d'environnement, de santé et de sécurité, qui pourraient avoir une incidence sur les entreprises.



haut de la page

Annexe B. Formules d'estimation et concepts

Notation

pi = Poids par établissement i corrigé en fonction de la non-réponse

ti = Temps consacré au(x) règlement(s) d'intérêt par l'établissement i

ci = Coût engendré par le(s) règlement(s) d'intérêt pour l'établissement i

ei = Nombre d'employés pour l'établissement i

Ii = 1 si le(s) règlement(s) d'intérêt s'applique(nt) à l'établissement i et que les formalités administratives ont été effectuées à l'interne pour l'établissement des coûts internes ou à l'extérieur pour l'établissement des coûts externes. Pour déterminer le travail interne visant une exigence réglementaire, on utilise la présence d'une valeur temporelle; pour déterminer le travail à l'extérieur, le fournisseur de services de l'extérieur doit cocher une case.

Cellule : la cellule est l'ensemble de tous les établissements sondés dans la case d'intérêt du tableau. Par exemple, une cellule pourrait être « Ontario, de 1 à 4 employés » ou toute autre catégorie semblable.

Définitions

Coût

Le coût interne engendré par un règlement pour un établissement est défini comme suit :

Coût = minutes par document × nombre de documents ou demandes × salaire annuel minutes travaillées pendant une année

où le nombre de minutes travaillées pendant une année est égal à 115 200 (en supposant une journée de travail de 8 heures et 240 jours de travail par an).

Le coût externe engendré par un règlement pour un établissement est tiré du volet de l'enquête s'adressant aux fournisseurs de services.

Le coût combiné est défini comme étant la somme des coûts internes et externes.

Si l'on examine tous les règlements ensemble, le coût est la somme des coûts individuels pour chaque règlement. On présume que du travail a dû être réalisé à l'interne (à l'extérieur) pour tous les règlements ensemble si au moins un règlement a nécessité un peu de travail à l'interne (à l'extérieur).

Temps total annuel pour tous les établissements

Le total du temps annuel pour tous les établissements est la somme pondérée du temps consacré à un règlement (ou à l'ensemble des règlements) pour tous les établissements sondés dans la cellule. Le temps total annuel pour tous les établissements est calculé uniquement pour les estimations internes.

Temps total annuel = i cellule I i p i t i

Temps annuel moyen par établissement

Le temps annuel moyen par établissement est la somme pondérée du temps consacré à un règlement (ou à l'ensemble des règlements) pour tous les établissements sondés dans la cellule, divisée par le nombre pondéré d'établissements dans la cellule. Le temps annuel moyen par établissement est calculé uniquement pour les estimations internes.

Temps annuel moyen par établissement = icellule Ii pi ti icellule Ii pi

Coût total annuel pour tous les établissements

Le coût total annuel pour tous les établissements est la somme pondérée des coûts engendrés par un règlement (ou l'ensemble des règlements) pour tous les établissements sondés dans la cellule.

Coût total annuel = icellule Ii pi ci

Coût annuel moyen par établissement

Le coût annuel moyen par établissement est la somme pondérée des coûts engendrés par un règlement (ou l'ensemble des règlements) pour tous les établissements sondés dans la cellule, divisée par le nombre pondéré d'établissements dans la cellule.

Coût annuel moyen par établissement = icellule Ii pi ci icellule Ii pi

Coût moyen par employé

Le coût moyen par employé est la somme pondérée des coûts engendrés par un règlement (ou l'ensemble des règlements) pour tous les établissements sondés dans la cellule, divisée par la somme pondérée du nombre d'employés dans chaque établissement sondé dans la cellule.

Coût moyen par employé = icellule Ii pi ci icellule Ii pi ei

Proportions et dénombrements

Les tableaux qui ne se rapportent pas aux coûts renferment soit des proportions, soit un dénombrement des établissements.

Les proportions estimées sont la somme pondérée d'une variable-indicateur Y qui prend la valeur de 1 uniquement si l'établissement fait partie du domaine d'intérêt pour tous les établissements sondés dans la cellule, divisée par le nombre pondéré d'établissements dans la cellule.

Proportion = icellule pi Yi icellule pi

Les dénombrements sont la somme pondérée d'une variable-indicateur Y qui prend la valeur de 1 uniquement si l'établissement fait partie du domaine d'intérêt pour tous les établissements sondés dans la cellule.

Dénombrement = icellule pi Yi

haut de la page

Date de modification :